accueil
__0__ script argument prépo Chap.1 Chap.2 Chap.3 Chap.4 Chap.5 postpo glossaire clips table
        Chap.6 Chap.7 Chap.8 Chap.9 Chap.10        

LATHAKH

 

Chap.5

  

 

- I -

 

    Dans sa cabine à sa baie personnelle Nathalie remarque la frise orangée du soleil au bord de Taire. Elle règle la pesanteur en mode ondulation pour amplifier le spectacle pour, détendue, prendre connaissance du rapport d'identification - données personnelles - du navigant psychanalyste :
    Tat Potar était venu au monde, d'une famille bourgeoise aisée, d'un hameau, proche d'une grande ville où il fit plus tard ses études. Enfant précoce - son père l'appelait débile précoce - il développa durant l'adolescence un goût sûr pour la psychiatrie, notamment pour le Complexe d'Oedipe, qu'il soumit à l'analyse aussitôt fait. À dix-huit ans il connu le premier amour, mais il était toujours énurétique. Comme il brillait elle ne lui en tînt pas rigueur, en prétendant que c'était amusant. Sa fulgurante ascension ne devait pas s'arrêter là. Qualifié par son père de fuite avant il orienta sa spécialisation sur l' "Oedipe en théologie". À trente-quatre ans, il devenait informaticien et psychanalyste. Il débuta alors ses travaux par l'étude des Unités Cybernétiques Monothéistes, les UCM, puis des Unités Cybernétique de Mémoire de Pluriel, les UCMP. Il était devenu quasiment le seul spécialiste dans ce domaine quand il passa du pluriel aux Personnes physiques. Le moment était venu de passer aux applications pratiques et il étudia l'avatardisme. Il connut alors un certain Kelper qui cherchait un psychanalyste.
    Ce psychohistorien lui apporta sur des informations correctives relatives à Oedipe. Il en fut contrarié et, soupçonnant un contre-transfert, profita de l'instabilité dudit Zénon Kelper pour lui proposer un marché : lui-même, Tat, son psychanalyste accréditerait ses théories psychohistoriennes, si Zénon acceptait d'équiper sa psychanalyse d'un prototype avatar. Comprenant que c'était le seul moyen pour obtenir son certificat de santé mentale, l'analysant Kelper accepta - mais s'entendit chercher par quel procédé on pouvait oublier son corps.

    Nathalie se tourna pour contempler à nouveau rayonner Taire. Elle ne trouvait dans ce rapport que d'oiseuses descriptions de cure et se désespéra d'y découvrir des informations sur sa mère et ses propres origines. Elle décidait de chercher autrement quand, en le refermant, une chose inaperçue la retint : le connecteur avait chapitré la diffusion à l'index d'une dame "Eury", ex-concubine de ce Zénon Kelper. C'était donc à la fois un document renseigné mais hors-norme - donc pas de source "vrai_Potar" comme elle l'avait commandée, mais de ces informations fork qui rendaient la cybernétique intelligente. Sa première pensée attribua ce brouillage de source à la présence d'un avatar, mais elle réalisa secondairement qu'il y avait une femme immiscée plusieurs fois dans l'affaire. Une vibrante sensation la saisit alors aux viscères, l'avertissant qu'elle était sur la piste de ce qu'elle cherchait.
    Le temps que ça lui monte à la tête elle pensait encore à l'avatar Antheaum qu'elle avait pris pour un obstacle ; et ce délai fut détecté par le connecteur dans la fluctuation de pesanteur.

 

*   *   *   *   *

 

    Au même moment, Toll se trouvait en programmation textométrique - dans l'état où il assimilait le transfert de Zénon. L'avatar du psychanalysant mettait ainsi à profit les plages d'inactivité du voyage. Il entrait dans des dissolutions qui n'avaient rien de comparable au Sumen ; seule une correspondance supramentale pouvait y ressembler. Antheaum Toll ne devenait alors que le bruit électronique, dans un ordinateur d'un enregistrement de données, lequel était mis à disposition d'une l'observation de Nath.
    En conséquence de l'attaque que Taire venait de subir - et sous l'induction du virtu* de Tat qui s'en était suivie - l'algorithme de Toll actualisait des grimoires de son 'ratava' ( les usagers appellent ratava* la source originelle d'un avatar ) ; il se trouvait à l'index 'Renaissance'.
Durant sa préconception, au bord du Moyen-age, Zénon Kelper avait été un astronome d'une certaine renommée en Europe. Comme unité de mémoire de sa personne, Antheaum se chargeait de cette vie antérieure. La Suisse gardait le souvenir d'un passage de l'astronome enfant avec sa mère. Elle cherchait à oublier le peintre Jérome Bosh, et ce détail avait arrêté Antheaum :
    Le futur astronome avait surpris sa mère avec un roi turc, en exil, qui négociait des informations beaucoup plus anciennes de son pays, concernant des manipulations génétiques pré-babyloniennes - peut-être des fécondations in vitro. On pense que parce qu'elle n'arrivait pas à se consoler d'avoir perdu Bosh, la pauvre femme avait tenté d'égorger cet amant de passage. Non seulement la scène avait naturellement impressionné l'enfant, mais Toll releva que de premières sources du recours à l'ectogenèse étaient passées par là ; ce qui le fit penser à Nath qu'il indexa pour ses conversations futures. Son connectron le redonda tandis que la textométrie reprenait. L'index permettrait plus tard de nourrir quelque conversation ou d'analyser des situations ; c'est ce qui, surveillé, avait fluctué dans la pesanteur.
    Quand il devint astronome, la spécialité de Kelper fut Mars. Les historiens suisses pensèrent que le fils de cette folle, sorcière ou criminelle, étudiait une fuite Oedipienne pour convoler incestueusement sur cette planète. Ce n'était donc pas seulement pour sa proximité et sa facilité d'observation, que l'astronomie s'était attachée depuis lors à la planète rouge ; il s'agissait de fécondation ; ce qui au passage du tempérament Suisse, allait déterminer Mars plus tard à l'investissement bancaire que Pof crut bon de suivre. Mais quand les premières colonies s'y étant établies, virent que la Taire d'où elles venaient de partir, trouvait une solution avec des utérus artificiels, il leur fallu revenir dare-dare. Ainsi la prophétie de Vopt s'accomplissait avec une modification ; Nathalie s'y reconnut :
    Tandis que les plans de Dianétique* implosaient, une fille de Dors - par nature ectogénique - tirait ses plans sur la lune. C'était un fait qu'Antheaum assimila sans difficulté dans la base de données, car après l'acquittement de sa mère, Kelper avait écrit un roman, en collaboration avec cette "sorcière" comme il l'avait lui-même révélé, Le Songe ou l'Astronomie Lunaire*, un texte de science-fiction pour survivre au refoulement qu'organisait la Renaissance. Plus personne ne le lisait à l'époque cybernétique, mais pour un avatar, c'était du petit lait.

 

- II -

 

    Par contre, au spasme de Nathalie qui suivit, les services de souveillance répondirent par un push du flux de l'avatar Antheaum Toll en cours d'assimilation. Elle entendit distinctement Toll murmurer " Foi d'avatar ". Un murmure signifiait que l'ordinateur qu'était Toll en cet état, changeait de bibliothèque. Elle fut notifiée du nouveau titre : l'œuvre maîtresse de Vopt. Par défaut, bien qu'elle la connaissait par cœur, Nathalie n'interrompit pas le rapport qu'elle reçut en double : Le personnage principal dans Le Monde des  * était Jvabien. Il avait pris corps sur Taire en même temps que la Machine-de-Je où chaque citoyen pouvait se rendre afin de s'y tester. Accessoirement la Machine attribuait un emploi. C'est là que Jvabien se rendit compte qu'il n'avait pas de mémoire. Il pensa que c'était peut-être la Machine qui l'avait effacée - et au même instant ladite Machine fut attaquée.

    Cette fois c'est sa propre voix qu'elle entend dans le rapport : « ..comme prévu » avait-elle dit lorsqu'elle découvrait l'attaque. Toll digérait donc la réflexion de la capitaine.
    Un chuchotement le confirma " Foi d'Antheaum " - ce qui signifiait que l'ordinateur avait personnalisée l'info - et l'inventaire poursuit : Jvabien parvint à s'échapper de l'immense consortium qui loge la Machine maintenant bombardée, mais il est recherché. Les assaillants étaient probablement informés. Sans mémoire il ne devrait pas pouvoir vivre plus que quelques heures. Pourtant il est en pleine force et santé - c'est anachronique ; il devient même télépathe et détecte que l'attaque vient de Mars. C'est là qu'il prend la décision de se rendre sur Vénus, la planète opposée qui sera la prochaine victime des envahisseurs.

    Tout le monde savait que Vopt détenait une connaissance unique sur Vénus. Il avait décrit une philosophie de l'astre qui donnait à la Machine son esprit. Mais anachroniquement, ce prophète employait une technique d'Audition* mauvaise ; ce qui l'avait banni d'aMa. Jvabien en illustrait la victime. Il suivait des principes d'annulation issus de mathématiques. En pratique, personne ne gouvernait son univers - ce qu'il écrivait simplement  A . Grâce à ce l' , une absence de mémoire avait alimenté Vénus. C'était un avantage mais il ne contrôlait pas le don de télépathie qu'il avait acquis en même temps. Il devait revenir sur Taire pour le comprendre. C'est en écrivant ce chapitre que Vopt commença à perdre la mémoire. La coïncidence devenue célèbre, avait fait l'objet de thèses à l'Académie dont Nathalie se rappelait :
    En réintégrant le plan Tairien, évitant de se faire repérer par les putchistes de Mars, le héros de Vopt obtint une première réponse qui le dégoûta : sa télépathie était causée par une division de son cerveau. Le technicien du scanner n'avait pas fait dans la dentelle en rendant son diagnostique. « Vous avez un double cerveau » s'était pris Jvabien dans la figure. L'hôpital d'ailleurs fut immédiatement bombardé et il lui fallait de nouveau fuir les vagues incessantes d'assauts venus de la planète rouge. C'est là qu'il profita de son voyage sur Vénus ; grâce à ses instructions sémantiques, il put fuir sans problème en allant "nulle part" - ce que Vopt écrivit :  part  - et la théorie vénusienne se vérifia : pratiquement au hasard, il aboutit à l'Institut de Sémantique de ses origines, au moment où la pluie de bombes l'atteignait. Il put rester quelques instants dans les décombres. Ce qui fut suffisant pour qu'il arrive à son créateur et à la révélation : Jvabien était un clone de ce Professeur Lavoisier qui mourut alors dans ses bras ! Il n'avait rien à craindre, sa condition de doublure, strictement équivalente à sa propre existence, le rendait immortel.
" Immortel mais sans mémoire " prononça Toll tandis que l'inventaire se refermait brusquement. C'était une parole de trop pour un ordinateur, Toll se matérialisait dans la réalité de LaPareille.

- Ça c'est trop fort, s'insurgea Nath à voix haute et si fort que la souveillance fut aussi prise d'alerte. En automatique elle rendit la position à l'index qu'avait posé Toll... et la connexion Zénon apparut. Elle allait expliquer de manière éclatante le défaut de l'Audition de Vopt ; et pas seulement. Par cette synchronie, la souveillance de l'ectogène aboutit à la fois à Zénon et à la connexion de sa mère à la femme du fork antécédent, cette "Eury" qui avait répondu au lieu de sa recherche sur Potar.
    C'était une démonstration époustouflante : la mère du psychanalysant de Tat Potar avait tenté d'égorger le premier renseigné venu des ectogènes ! Incroyable. Par la suite la concubine de Kelper s'était automatiquement insérée dans sa requête "vrai_Potar". Pour Nathalie, il paraissait évident que son équipage solutionnait l'amnésie de l'Audition. Elle guérirait peut-être la Zheimer ! En se levant brusquement prise par la joie, elle se rendit compte qu'elle avait les yeux grand ouverts dans ses vunettes éteintes et que tout ce qu'elle avait cru voir et entendre en Réalité Assistée* n'était que son imagination crue et naturelle, un rêve qu'elle avait pris pour un rêve artificiel. Elle en fut doublement éblouie et se sentant en pleine forme, parfaitement éveillée, entreprit sans hésiter d'écrire une lettre.
    Elle allait évidemment l'adresser à cette femme. Le temps de mettre une robe de chambre elle s'installa immédiatement au bureau.

    Chère Mme Eury,
    Je me présente, vous ne me connaissez pas, je suis Nathalie Van Tampoupe, capitaine de la frégate interstel La Pareille, en traversée vers la face cachée de la Lune. Ma cargaison sera livrée dans un délai d'un mois à dix ans, ce qui me laisse peut-être peu de temps pour vous écrire. Je dois effectivement entrer en contact avec vous qui détenez des réponses à des questions essentielles à mon fret mais sans que j'en sache... les questions. Pardonnez-moi de ne pas pouvoir vous interroger directement ; mais en vous décrivant ma situation je vous ferai savoir sans aucun doute ce que je dois vous demander. Merci pour votre patience et par avance pour votre réponse. Je dois commencer par vous dire par quel relais je m'adresse à vous. Je viens de faire connaissance de l'existence de Zénon Kelper et d'apprendre que vous avez bien connu ses recherches et travaux. L'objet de mon enquête concerne la relation qu'il aurait entretenue avec sa mère et à laquelle, en tant que femme vous avez dû être sensible.
    Il faut aussi que je vous explique mon projet. Nous avons des soucis avec Mars et une solution a été proposée par Vénus. Mais elle n'a pas marché. Nous devons essayer celle de L'Une. Il est publiquement connu que Kelper a révélé comment tournait Mars, mais j'ai dernièrement appris que sa mère allait sur la lune. Il sera utile de mieux comprendre leur relation oedipienne, sachant que les relations ultérieures la renseignent par signe. Entre femme nous donc pouvons parler de cette question : dresse-t-il la barre à l'horizontale ou la porte-t-il de travers ? Nos technologies de navigation sont contraintes à faire des choix entre la linguistique et la sémantique qui dépendent elles-même d'un traitement de la barre. Je vous serais donc très obligée, chère Madame, si vous pouviez me renseigner sur la barre de Zénon, afin de faire les meilleurs choix de trajectoires.

    Dans sa requêtes Nathalie passait sous silence qu'elle cherchait beaucoup plus loin que la manière de monter la barre, en recherchant ce que la mère de Kelper avait su de la fabrication des ectogènes - le rois Truc avait dû lâcher un morceau. Elle pensait que les décisions qu'elle prendrait à la barre de LaPareille nécessitaient de connaître les propriétaires des utérus artificiels. Parce qu'elle était restée totalement silencieuse sur la nature de la cargaison qu'elle déposerait sur la face cachée de la lune.

 

accueil
__0__ script argument prépo Chap.1 Chap.2 Chap.3 Chap.4 Chap.5 postpo glossaire clips table
        Chap.6 Chap.7 Chap.8 Chap.9 Chap.10        

LATHAKH