accueil                                                                                                                                   table

 

LATHAKH

ed.2020

Chap.20 - Chap.21 - Chap.22

 

    Depuis que Lapareille commence à tomber sur L'Une, Tat a éprouvé une sensation de recul. Il la rapprochait d'une tournure donnée à ses dossiers où le fonctionnement du temps devait être traité. Selon lui, c'était la volatilisation de Zénon qui avait accentué ces tours de spire. L'ordre de ses notes configurait à présent nettement les conjugaisons et conjonctions du Semblant. L'apparition de Thx, forcément chevillée à la disparition de l'autre suggérait, par sa coïncidence, le jeu de la surveillance. Quelle était la nature de ces entités, les unes intemporelles, les autres sans images, sans parler de celles auxquelles on ne pensait jamais !
   Potar demandait à l'ucmpp de préciser ce qu'il avait déduit de l'investigation d'APSO, Toll répondait. Il confirmait que la trace de l'effacement d'une trace mettait à nu le premier refoulé. Mais « Mais pourquoi, insistait Tat, la surveillance s'attache-t-elle aux identités insues, si les traces détiennent tout pouvoir suffisant ? » Tat insistait - la voix synthétique de Toll répondait : « Parce que le semblant ne laisse pas de trace.» Touché par la réponse, Tat parle tout haut « C'est Thx le semblant..!? » - à ce signal audio d'une être parlant tout seul, l'IA de l'ucmpp s'éveille :
   « Bonjour Tat ! Que puis-je faire pour vous ? Voulez-vous Antheaum Toll en présentiel ?
- Merci j'attendrai plutôt Eury, décline le "Par-le-tout-seul" - Si elle s'est faite engagée c'est par cette Dodo qui avait été messagère de la trace, elle sera à la source des informations sur Thx » raisonne-t-il en "par l'en-soi". 

    Loin de là sur Taire, Dodo pressent à l'opposé, qu'elle trouvera un peu de contrôle sur ses pulsions sexuelles en revenant à la fonction d'APSO qu'elle croit cacher Pof. Il lui suffirait de l'élucider et, « En trouvant une prise sur mon persécuteur, se dit-elle, je le volatiliserai vite fait ! - je pourrai enfin me contrôler en sachant à qui j'ai à faire.» Ne restait qu'à s'équiper de la bonne interface pour contacter ce massematicien qui se pique aussi d'APSO ; les renseignements l'on situé en Prise de Taire. « Décidément, plus profond que les bouges, maugrée-t-elle, aucun répondant de multi-senso, dans ces quartiers ; c'est l'inévitable scaphandre hologras que je devrai revêtir. Allons-y, Pof me le paiera cher ! » C'est ainsi que chargée d'élans vengeurs, Dodo se prépare à avoir l'air d'une baudruche. Dans le sous-sol de l'administration les laborantins manipulateurs l'harnachent et l'engoncent puis à tâtons la livrent à l'adresse connue d'elle seule. Place du Plouk ; elle y arrive en un vent et traverse une esplanade minable balayée des lumières criardes. Elle entre sans résistance dans une masse qui applaudit comme de l'eau clapote - dans une pareille tenue personne ici si bas ne penserait s'opposer. « Où est le docteur ? » tonne son haut-parleur. On lui indique l'étage du grenier. Elle monte et trouve un vieil homme au milieu de lapins.

   « Vous êtes bien Thx, docteur en médecine, psychohistorien et massematicien ?
- Oui, à qui ai-je bonheur ?
- D'abord une vérification ; comment ça va dans Taire ?
- On peut dire que c'est abominable ; mais les gens courent. Quand ils s'arrêtent, ils regardent la télévision maintenant partout sur les murs.
- Est-ce qu'ils sont satisfaits? Ils le méritent bien.
- Non, mais on peut dire qu'ils s'en satisfont. La perversion est un bien naturel du proprio sceptique ; la première accepte tout et le second d'en satisfait sans doute. »
   L'interrogatoire s'est bien déroulé. Dans son scaphandre Dodo est un peu impressionnée mais informée que tout est clair. Elle peut engager une communication plus orientée.
   « Je suis AS - félicitation - pour vous assister socialement, on a vu des trous dans vos relevés - oui, je suis constamment volé, je n'y regarde pas ; l'état vole très haut, les gens n'en sont pas content mais ils s'en contentent - je peux vous assister - je comprends oui très bien mais savez-vous pourquoi ? - je veux dire pourquoi on s'en contente ; Je voudrais bien le savoir - c'était au tour de Thx de tester à l'insu de l'autre l'autre : normalement la visiteuse aurait dû marquer un temps pour demander l'autorisation de savoir, et sa réponse immédiate certifie Thx qu'elle n'est pas simple AS. Il pousse l'avantage occulte en répondant sans détour.
- Les gens sont angoissés par les appareils. Prenez un miroir. Rien de plus angoissant ; c'est un appareil - si vous vous mirez dans l'eau lorsque vous y buvez, par exemple un animal, il s'en abreuve, de l'eau et de l'image, il y plonge, la langue ou le corps, cela ne génère en lui aucune angoisse, ça le nourrit. Mais lorsque qu'une pareille expérience est instrumentée, par un appareil, alors naît l'angoisse. - il faudra que je me renseigne - On raconte que certains jeunes autistes nous montrent que la vision de nous-même dans un miroir est angoissante. Foutaise ! C'est le miroir seul qui angoisse ces gamins et qui nous pourrit - ce qu'on ignore ; en bref tout le monde ignore les miroirs, je ne suis pas le seul à le dire, on ne pense qu'à l'image qu'ils renvoient .
 - Je ne suis pas spécialiste de l'autisme, je suis là pour chercher votre fuite comptable. Est-ce que vous fréquentez des gens normaux ? Je vous vois ici en présence de nombreux animaux, alors qu'à cet étage on s'attendrait au pire à des pigeons.
 - Vous pouvez regarder à la porte, je suis sûr qu'il doit y en avoir un. C'est comme ça. On me pose des lapins sans cesse.
 - C'est inexplicable !
 - Sous l'effet de la terreur les tairiens vouent un culte aux terriers, un jour je vous dirai pourquoi vraiment ; comme ils sont trop étroits pour eux - et ce n'est pas que pour une pulsion anale, ils compensent en en sortant des offrandes.
 - Je vois, vous êtes psychohistorien en effet. Mais pour un massematicien vous ne devriez pas vous laisser voler sans compter. Ne donnez-vous pas dans le numérique ? »

   Le médecin chassant de revers de mains des lapins trop accumulés se dégage - il commence à percevoir les intentions de l'assistante prétendue qui bue dans son scaphandre. « Elle fouine » se dit-il, et pour un contemplateur de lapins, une fouine alerte sans biais. « Cette AS de façade qui questionne, doit avoir des renseignements à fournir, pense Thx.
 - Vous ne répondez pas ; vous avez quelque chose à cacher ? s'impatiente l'AS
 - C'est parce qu'en bonne intelligente, je pense que vous voulez négocier.
 - Je suis incorruptible. Il n'y a pas de compromis à espérer avec l'administration, sermonne aussitôt Dodo qui n'attend qu'un aveu avec une reddition d'emblée.
 - C'est bon, soumet Thx je vais tout vous dire. Le numérique ne s'entend qu'à condition de " trois négations " et..» et aussitôt Dodo l'interrompt ; ce sophisme l'électrise.
 « Ne perdons pas de temps; dites-moi par exemple que vous travaillez pour Pof sur un programme APSO de masse ! Dites-le et je vous libère de toutes vos dettes, mais je dis ça comme je dirais n'importe quoi.
 - N'importe quoi n'est pas une négation ! Libérez-moi de mes dettes, là c'en sera.»
   Une insoutenable angoisse a saisi Dodo qui ne pense plus qu'à partir. « Très bien, mon rapport vous exonèrera
   Elle sort de sa manche un certificat. Thx empoche sans lire la libération qui ne l'intéresse pas ; il est ravi de l'information qui lui permet d'enquêter sur APSO avec une indice nouveau. Il ouvre la fenêtre du balcon. « Vous pouvez sortir en volant ; en vous voyant décoller de chez moi, ça évitera qu'ils vous tirent dessus et vous remonterez plus facilement comme ça.
 -
Je suis incorruptible » répète Dodo qui prend l'air en émettant un jet de gaz infect. Thx a déjà fermé la fenêtre et s'enfonce sans attendre dans couloir dérobé où les lapins s'engouffrent.

   « Qu'est-ce que c'est que ce truc ? » se demande Thx. Il retrouve au fond du boyau borgne un APSO et se pose pour la centième fois la question « À quoi ça sert ? ». Il n'en sait que deux choses. Un jour un vagabond était venu le lui porter en espérant trouver à son adresse un dénommé Kelper. Ca s'appelait APSO. Mais il y avait eu confusion de psychohistorien. Deuxièmement depuis qu'il l'avait abandonné là, le nombre de lapins quotidiens, déposés à sa porte avait considérablement augmenté sans raison. Il y avait certainement un rapport, mais faute d'en savoir plus, il l'avait relégué au fond du couloir pour vaquer à d'autres affaires.

   En retournant à sa base, le scaphandre de Dodo laissait voir une traînée de vapeur. Elle risquait tout de même de se faire abattre ; pas pour évasion mais pour un chemtrail. Heureusement la trace se dissipait caractéristiquement. Une fois posée sur la piste de retour à l'Administration, elle refuse catégoriquement de sortir du scaphandre, tant elle a sué qu'il lui faut une décompression avec substitution d'air calmante. Elle s'était sue depuis le décollage : son angoisse cachait sa certitude depuis que Thx lui a parlé des démineurs : ses "trois négations" étaient une allusion vicieuse à ses trois échecs. Elle repense à Soissan, le démineur prometteur qui avait été saccagé par le directeur d'Alinstan, cet incapable qu'elle soupçonnait maintenant d'avoir été complice de Pof derrière son dos. Soissan avait disparu corps et bien après avoir trouvé Kelper. Ensuite il y avait eu ce crétin de Laquette avec lequel on ne pouvait pas réfléchir sans risquer une luxation cervicale. Elle venait de le soumettre à un lavage de cerveau avec essorage pour s'en débarrasser définitivement. Il ne restait que le troisième, ce Mari qu'heureusement elle avait repris en main avec cette infirmière traîtresse quand ils s'étaient mis ensemble. Dodo était persuadée que Thx avait fait allusion à ces trois tentatives ; il devait être dans le secret et s'était moqué d'elle.  - pierre deux coups néanmoins de l'opportunité de reprendre l'avantage. Elle arracherait à Eury les secrets qu'elle avait volés d'HomoPou pour se moquer d'elle. Ce Thx devait tout savoir ! Mais en récupérant Eury elle prendrait un avantage décisif sur ces Maîtres du Monde qui cherchaient à se débarrasser d'elle. Elle ! elle, l'intègre Inspectrice des Obéissances persécutée par ce tyran de Pof qui était certainement jaloux d'elle parce qu'il ne supportait pas qu'elle s'envoie en l'air, des fois.
   La paranoïa de Dodo avait pris feu lorsque la Société Micropof avait cherché à châtrer l'Administration face aux menaces que la prise du pouvoir par les machines faisait planer. Pof croyait certainement arriver à contrôler Taire mieux que ne pouvait le faire l'État. C'était pour Dodo remplacer la menace par une autre, celle du pouvoir d'un homme à la tête d'une Entreprise. Toute sa carrière dans les Obéissances risquait de passer d'Inspectrice à celle d'obéissante elle-même. Son identité féminine allait être retournée comme une crêpe. Cette négation la fit délirer jusqu'à ce qu'elle lu " Comment l'IA s'est faite femme ", apprise en dormant durant le voyage sur Alinstan. Dodo entrevoyait depuis, que contre Pof, elle pourrait s'allier à leur ennemi commun : la pensée des machines. Elle n'en pouvait plus d'attendre Eury, cette Devramor si bien cachée qu'elle convoquerait aussitôt ; elle enfonce la commande sans s'arrêter sur son doigt qui tremble. Eury paraît tout de suite.
   « Vous et moi devons parler ma petite...

 

*    *    *    *

   « Vous avez manqué la séance dernière, dit Tat sévère
 - C'était indépendant de ma volonté et bien contre mon gré, répond Eury allongée à la hâte sur la table du dépôt. J'était convoquée pour mon embauche, l'Inspectrice Dodo m'a confirmé qu'elle me rengage. Comme ça je pourrai vous payer.
 - C'est bon. Je vous ai tout de même attendu trois jours.
 - Ça n'a pas été facile. Pour commencer, elle voulait que je retourne à Alinstan pour attendre l'ancien directeur. Je crois qu'elle voulait se servir de moi comme appât. Ça ne m'a pas plu et je lui ait dit que j'étais en psychanalyse et ça ça l'a complètement retournée.
 - Vous exagérez, personne ne se retourne parce que quelqu'un papote. Il faut croire qu'elle avait une autre intention..
 - Mais je n'ai jamais eu de rapport avec le directeur ! s'insurge l'analysante
 - Donc c'était l'autre, que vous perfusiez et qui connaissait si bien Zénon qu'il l'avait monté en vidéo.
 - La connaissance d'HomoPou.. c'est une façon de parler.. ça faisait longtemps qu'il avait perdu connaissance. »
   Elle reste un moment muette, comme si le fantasme du mourant qu'elle avait adressé à son ancien amant cachait encore un secret. Tat n'en pense pas moins : l'inconnu THX pouvait être l'architecte d'Alinstan qui venait de disparaître harcelé par Kelper plus démoniaque que jamais. La vidéo accusatrice aurait été un appel au secours. Il évite de bousculer la vérité frémissante et bat en retraite.
   « Admettons que votre directrice soit jalouse ou troublée que vous soyez analysante.
 - Elle m'a dit qu'elle n'aurait jamais cru ça et que ça changeait tout.
 - C'est parce que la base est secrète, voilà tout. On ne mélange pas la recherche de la vérité et la première fabrique à silence de Taire.
 - Non, je ne crois pas. En disant ça elle avait sauté de son fauteuil en voyant un lapin traverser le bureau. Mais il n'y avait pas de lapin. Je pense qu'elle avait eu une hallucination sans aucun signe d'une éventuelle intoxication. Au contraire, ça l'a calmée comme quand on lâche un vent.
 - Oui, vous êtes infirmière, vous devez sentir ces choses-là. Donc selon vous, l'évocation de la psychanalyse l'aurait pour ainsi dire, soigné à elle seule.
 - Pas la psychanalyse en général, mais l'idée que ça lui donnait qu'elle, elle pourrait se soigner. Parce que je m'identifiais à elle en refusant le poste où elle voulait me mettre ; vous comprenez ? »

   Tat fait le ménage sur son bureau et pendant la séance trouve bon de rafraîchir l'écran. Il voit clairement Eury au milieu du débarras du squat entre les colonnes de béton brut sous l'autoroute. Il demande s'il y a des caméras - Lapareille répond 'non'. Si Dodo a pété un câble et qu'Eury peut encore parler, c'est bien qu'elle sortait d'une aliénation où un autre l'avait mise.
      « Et que vous propose-t-elle comme poste à présent ?
 - Rien ! ou plutôt que je sois une bonne femme pour Mari. Mari, vous savez, c'est le démineur que j'avais retrouvé chez Zénon Kelper et qui avait détecté une machine dans la cour.
 - On l'appelle APSO dit Tat tout haut pour lui-même. Le mot lui a échappé - ce qui le fait réagir ; il ajoute :
 - La séance est terminée.
 - J'aurai au moins appris ça ! C'est aussi ce nom que citait l'Inspectrice en me disant qu'elle n'en avait rien appris en revenant d'un Thx.»
   Tat se mord la lèvre en la tétant du même coup. Il regrettait d'avoir tant parlé et elle vient d'en dire plus.

 

suite