accueil                                                                                                                                   table

 

LATHAKH

ed.2019

Chap.16 - Chap.17 - Chap.18

  

 

    Sans ratava, l'analyse d'un avatar est difficile. Tant que Zénon Kelper était son sujet en personne, il suffisait d'écouter confiant que tout ce que dirait Anthéaum Toll traduirait l'inconscient sujet du ratava. Mais maintenant qu'on savait que Zénon usurpait l'identité d'un autre, on ne savait plus qui parlait à travers Anthéaum et le problème résidait en ce que cet inconnu s'exprimait dans ce cas, avec l'ADN dudit Zénon. Tat risquait gros s'il laissait mettre en scène une mémoire dans un ADN étranger. Il pouvait toujours essayer de se rassurer en se disant que théoriquement on pouvait voir ça comme un rapport sexuel, mais il ne pouvait pas balayer la référence classique à la tête qu'on a greffé sur le corps d'un autre. Pour défendre contre cette monstrueuse chimère, il devait signifier franchement la division au cœur de l'avatar Anthéaum.
   On n'avait jamais divisé la Cybernétique et c'était peut-être l'occasion de le faire. C'est risquer gros, se disait tout de même Tat. Toll d'habitude indifférent au fait développait une tendance homosexuelle quand ça se présentait. Mais à présent il ne pouvait pas faire semblant qu'il parlait sans personne.
   « Pour traiter ça, lui prescrit Tat en début de séance, comme Ulysse à son mat, attache-toi au point de départ.
 – Le point de départ, c'est cette sensation qui m'a réveillé. Ça a déclenché un rêve d'après toi, mais ça ne m'avance pas, parce qu'un rêve aurait plutôt tendance à cacher la sensation justement. Et au départ, c'est bien là le problème, je ne sais pas ce que c'est que cette sensation.
 – ...
( Tat baille )
 – Tout ce dont je me souviens, c'est que la veille, enfin.. avant de me mettre en veille, Eury et Nathalie ont parlé de Glande. C'est alors qu'on apprit que Kelper raflait les cotisations d'assurance d'un télémédecin. J'ai senti que je n'étais plus moi.
 – Normal, tu as toujours cru que t'étais toi..,
répond automatiquement Tat.
 – Mais une cotisation d'assurance, ça ressemble à une production d'hormone !
 – Ça s'entend...
 – Je pense surtout qu'on ne peut pas dire des choses pareilles. Ça ne m'étonne pas que je me sois réveillé. Je suis allé consulter le journal de bord. En tant que Second j'y ai largement accès. J'ai seulement constaté que Nathalie essayait de télépather ses embryons pendant ce temps-là.
 – Bigre ! émit Tat. » Cela signifiait la fin de la séance.
   Toll régla cent pofs et ils se séparèrent en se secouant synchroniquement les mains. Voilà qui laissait à Tat du pain sur la planche.

   Quand Antheaum fut parti, le psychanalyste resta seul et se dit que décidément cette avalanche d'allusion à l'Hormone brusquement doit s'attacher à l'arrivée d'APSO. Toll avait effectué sa vérification, trouvé que Kelper l'avait fouillée, et son origine restait énigmatique. Était-elle issue de Toll traducteur de l'Inconscient de Kelper ? Ou bien de Toll par lui-même, accessoirement Inconscient de Kelper ? Ou bien y avait-il encore une autre explication ? C'est à partir de ce moment que le psychohistorien s'est mis à avoir la sensation de manquer de quelque chose. Il s'est rabattu sur un livre manquant mais c'était forcément, à la fois vrai et à la fois une excuse ; la Vérité n'en cache-t-elle pas toujours plus ?!
   Arrivé à ce point, Tat fut servi ! Cherchez-là.. Elle en donne toujours. Au lieu du livre manquant, il avait reçu une lettre, électronique. Cette clé USB envoyée par l'infirmière, son ex, Eury qui venait d'encore plus loin. Ça sauta aux yeux de Potar. Encore la nouvelle technologie ! sœur d'APSO, la petite clé venait de toujours plus profond, du secret d'Alinstan et son secret Homme au Pou. Or Eury était en charge de lui perfuser ses flacons - mais c'est bien sûr - elle le bourrait d'hormones. Il fit un rapide calcul : entre les Gautieur et Gaubier on en était à la thyroïde. Glande, lui, avait percé l'hypophyse. C'était l'épiphyse qui restait à l'Homme au Pou en balayant d'un revers les surrénales.

   De son côté l'avatar-d'on-ne-sait-plus-qui avait retrouvé un peu de consistance. La séance l'avait regonflé.

 

*  *  *

 

   Le retour sur la Nouille fut l'occasion pour Dodo d'une nouvelle lecture en dormant. Elle tape dans le rayon scientifique de la manipulation psychologique cette fois, bien décidée à découvrir comment Pof lui avait fait perdre le contrôle de son pucé. N'oubliant pas sa devise – «Dodo plus d'un tour dans son sac à dos»" – elle a aussi convoqué de l'ovoïde, le troisième démineur qui avait été laissé vierge de conditionnement ou autre pilotage. Elle l'interrogera aussitôt arrivée ; c'est ce qui se passe au petit matin lorsqu'elle réintègre son bureau de direction des Obéissances.
   « Un café ? offre-t-elle au bellâtre qui avait séduit l'infirmière évadée d'Alinstan. J'ai vu votre rapport, vous continuez de maintenir des relations avec la suspect Eury.
 – Merci je ne bois qu'en opération des stimulants.
 – C'est tout à votre honneur. Vous êtes parmi nos meilleurs agents. Je vous féliciterais encore si vous n'aviez pas échoué aussi lamentablement que les autres sur le cas Kelper.
 – C'est pourquoi j'ai joué les prolongations de la mission.
 – Toujours sans stimulants donc..?
 – Je dois dire que ce n'est pas nécessaire.
 – Je vois.. qu'est-ce qu'elle vous raconte pour vous exciter tant ?
 – En effet, je l'interroge surtout..
 – Je m'en doute.
 – Je me suis renseigné en long et en large sur ce qu'elle avait appris à l'époque où elle avait fréquenté ce psychohistorien.
 – C'est cette machine au fond de la cour qui nous intéresse. Est-ce que vous êtes jaloux?
 – Je ne pense qu'à ma mission ! s'insurge-t-il. Mais comme cette machine reste une énigme, j'ai pensé gagner du temps en tournant autour du pot.
   Dodo repense à sa devise. Elle ne peut pas lui faire de reproche. « Eh bien ! dites ! Quelles sont les confidences qui ont justifié vos initiatives ? 
 – La seule chose qui se distingue remonte à l'antiquité. Kelper avait trouvé la piste d'un pharaon qui s'était fait passer pour mort en Égypte, tandis qu'
il en profitait pour exercer des pouvoirs occultes sur une bande de de contrebandiers sur une montagne étrangère.
 – Ce n'était pas malin ! On peut difficilement compter sur une bande de contre-bande.
 – Je pense en effet que ça lui a joué des tours.
 – Des tours ? demande Dodo intéressée.
 – C'est en tout cas ce qui semble être arrivé à Kelper vers la fin de leur relation. L'infirmière n'a pas pu être claire arrivée à ce point-là. Il semble qu'il ait commencé à lui confier une extension de sa théorie, mais elle commençait à penser qu'il la menait en bateau. Il y aurait eu une autre femme, mais elle aurait servi de simulacre. Je veux dire en Égypte, une autre femme. Pas dans le bateau où ils se sont battus. C'était très confus, parce que le vrai simulacre était ailleurs, et l'égyptienne, elle, était vraiment vraie, mais elle n'était pas égyptienne.»
   Dodo s'était mise à siffler de l'oreille. Et puis elle en savait assez. « C'est suffisant. Retournez sur le champ sur le champ et prolongez la prolongation. Vous émettrez un rapport par semaine, et contactez-moi directement si l'infirmière vous apprend quelque chose qui vaille.» Tandis que Mari tournait les talons trois fois de suite en signe de respect d'obéissance, l'inspectrice s'était déjà tournée vers la base de données de son ministère qui classait l'affaire. Elle tapait avec précipitation – sur le bouton qui commandait les cafés –  et sur celui qui rappelait le dossier du second démineur.
   À cette heure, le cerveau de Laquette devait être récuré et plus le moindre vestige de sa visite à Kelper ne devait subsister. Dodo restait seule avec son archivage personnel à savoir le cuisant échec qu'elle avait essuyé... quoique c'était vite dit puisqu'elle soupçonnait précisément que Pof y avait contribué. Ils n'étaient donc que deux à le savoir ; puisqu'il avait été exclu, au crédit du Frapagon, que Zénon n'y était étranger. La liste des hypothèses défilait sur l'écran. Elles retenaient pratiquement toutes que l'affichage palindromique d'une énigmatique formule sur les fenêtres de Kelper avait détraqué Laquette.
   Dodo pouvait à présent ajouter l'indice associé par Eury qui dénonçait l'énigme attachée à Zénon d'un simulacre. L'inspectrice révisa son souvenir du Dormir en Lecture correspondant à ces époques où les pharaons jouaient des simulacres comme on roule des mécaniques. Une idée se formait en elle. Cette expression lui rappelait cette machine qui était devenue l'objet de leur enquête. Elle sentait une explication consistante prendre forme, mais sa colère ne s'apaisait pas, au contraire. Elle n'y trouvait toujours aucun signe de Pof. Du Kelper, du Kelper.. toujours du Kelper grommelait-elle, persuadée d'autant qu'il y en avait moins de signes, que c'était sûrement Pof le responsable de ses fautes.

 

*  *  *

 

   Eury coulait des matins tranquilles dans les bras de son Mari dans la cabane de planches de récupérations qu'il avait construite au fond du bois du Çabas au bord du périphérique devenu silencieux depuis que les plus nantis l'occupaient avec leurs cabines préfabriquées depuis que la circulation s'était arrêtée. Les drones des milices passaient au-dessus en bourdonnant ; ça leur faisait des ventilateurs. Il faisait chaud mais Mari allait chercher de l'eau. Il sortait aussi deux fois par jour du bois, pour chercher des sandwichs et charger les batteries. Leurs voisins étaient discrets ; tout le monde craignait les maladies contagieuses dont chaque info de RadioPof alarmait, pour leur sécurité. Le plafond était doublé d'une toile de tente verte, ce qui faisait canopée. « On est bien ? mon Mari.» demandait Eury. « Oui ! J'aadore quand tu me parles des temps passés, si lointains, quand nous étions sauvages.»

   Elle appréciait le goût de son amant pour les histoires anciennes, qu'elle avait apprises de Kelper. Elle avait été son infirmière, de Mari, puis en devenant sa maîtresse, c'est un peu comme si elle continuait une fonction d'enseignante qui la déculpabilisait. « J'ai détesté te programmer,» commençait-elle toujours « J'en suis tellement soulagée maintenant que tu me le demandes.
 – Tu en étais à cette histoire de pharaon qui n'avait que sa mère..
 – Comment pouvaient-ils s'en sortir avec toutes ces sages-femmes qui les attendaient ?
   Eury voulait dire que les épouses automatiques des rois très anciens, plus ou moins en vrac et professionnalisées, dont les vestiaires et les autels étaient combles, dans leurs palais, ne sortaient pas des lits de couches où ils avaient fait la première fois connaissance. Elle poursuivit.
 – Zénon pensait qu'il fallait au moins passer par une sœur pour commencer une première reconnaissance. Au moins-là, le sens de la famille commençait à faire.
   Mari fronça du nez jusqu'aux sourcils.
 – ..le sens de la famille commençait à faire sens, je répète! C'est fou ce qu'il faut être précise avec toi !! roucoule Eury quand elle jouit de pouvoir parler "à la Zénon".
 – Je ne suis pas jaloux du tout, ton gourou est dans le pétrin, il réplique elle poursuit.
 – C'est par ces fricotages de portées, je veux dire entre frères et sœurs, que le narcissisme a pu devenir une fonction.
»
  Elle s'était arrêtée.
   « Tu comprends ?! 
 – Oui ! Pour qui tu me prends ?
 – Bon, alors je continue, continue Eury pas très sure mais comme Zénon lui a dit ; il faut aller encore plus loin pour sortir du palais. Les mariages entre frère et sœur n'ont pu être qu'un seuil ; et un seuil n'existe que lorsqu'on le franchit. Ça n'a pas manqué d'arriver – regarde toi et moi, minaudant tel – et quand on le franchit on découvre aussi que ce n'est qu'un seuil.
 – Est-ce que c'est mauvais signe pour nous ?
 –
Pas sûr.. Zénon disait que c'était là que le simulacre et semblant paraissait.»
   Mari commençait à s'afficher d'une érection déclarée. Quoique relativement banal, il arrivait qu'Eury prit le phénomène intriguant ; il annonçait l'orgasme qu'il était toujours bon, jouissif, de prédire. « Qui te fait chercher à savoir ?» demande-t-elle en sachant à peine ce qu'elle disait. Prit de court, Mari la prit homo.
 – Ben.. c'est Dodo, l'Inspectrice qui te poursuit depuis que tu t'enfuis d'Alinstan ; elle te cherche chérie.
 – Tu veux dire que je suis repérée ?! C'est toi qui lui a dit ?
 – Bien sûr que non, ils m'ont laissé carte blanche et je n'avais à les renseigner que sur Zénon. Mais je crois que ça ne les intéresse plus. Leur enquête s'est orientée sur une machine. Mari mentait un peu.
 – Mais pourquoi en parles-tu d'une bande ? Qui c'est cette Dodo ?
 – Tu penses bien qu'Alinstan est connecté à tout un réseau. Ca remonte jusqu'aux ministères, aux administrateurs, peut-être même jusqu'à Pof. Dodo est celle qui donnait les ordres au Directeur pour que tu nous conditionnes. Tu n'as rien à te reprocher au fond. Tu ferais mieux de la rencontrer, tu pourrais t'expliquer et elle pourra te proposer un meilleur poste.
»

*  *  *

   Au point où elle en était, Eury ne se demandait pas Mari n'est-il pas en mission pour m'embobiner autant que Zénon ? C'était inutile d'y penser. Il fallait mieux faire ce qu'il disait et, à chaque occasion qui se présentait, le faire un peu de travers. Il lui avait donné une carte avec l'inscription des titres et des coordonnées de Dodo. Le lendemain, aussitôt qu'il partit à la chasse au sandwichs elle appela LaPareille.
   « Allo ! Qui est à l'appareil ?
 – Capitaine Van Tampoupe, j'ai reconnu votre appel.
 – D'habitude je tombe sur Toll, c'est pour ne pas vous déranger
 – Vous avez mieux à faire que de parler à un avatar qui n'a pour vous d'apparence qu'une machine, répond sèchement le capitaine, je vous écoute.
 – C'est à propos du livre, dont je n'ai aucun souvenir. J'ai fait un rêve mais je ne m'en souviens pas non plus... Mais je sais que j'ai rêvé !
 – C'est rassurant, grommelle Nath ; est-ce que vous avez-vos règles ? lance-t-elle impromptu.
 – Ça me revient ! C'était à propos de maternité. Vous avez raccroché quand je vous ai parlé de cette vidéo. Je crois qu'il faudrait que vous rencontriez Dodo.
 – Quiii ?  Nath couine.
 – C'est une inspectrice du ministère de Pof. Je pense que si vous lui parlez de moi en lui expliquant que je n'ai pas tué Zénon, elle sera contente de me reprendre.
 – Mais vous plaisantez, une Inspectrice à d'autres choses à penser qu'au sort d'un psychohistorien inconnu. Et vous-même comment la connaissez-vous ?
»
   Nath est en alerte. C'est certainement l'inspectrice qui a trouvé THX dont Eury lui parle. Mais Eury n'a aucune raison de le savoir.
 – Une petite cousine de ma grand-mère m'en a parlé. Lorsque ma mère a voulu me prévenir pour la première fois que mes règles allaient arriv..
 – Ridicule !
 – Bon, d'accord. Je crois que Dodo dirigeait tout Alinstan. Comme c'est surtout avec l'Homme au Pou que j'étais dans les hormones. J'ai pensé que cette vidéo de la maternité de Zénon..
 – Parfaitement !
... ( silence )
 – Vous lui direz tout de même que..
»
   Nathalie a raccroché en laissant un smiley rassurant pour l'informatrice dont elle ne crédite que 50% - notamment les coordonnées qu'elle a envoyé par attaché durant la communication ; la requête à LaPareille confirme le numéro et la fonction de Dodo au ministère des Obéissances.