accueil                                                                                                                                   table

 

LATHAKH

ed.2018 - arc

Chap.12 - Chap.13 - Chap.14

 

   Les conditions de sécurité étaient garanties par les filtres haut-niveaux de Lapareille. Tat ne fit pas trop de reproche à Zénon, d'avoir encore cherché à le joindre ; d'autant que lui-même cachait qu'il s'apprétait à le faire. Il vérifia que c'était bien son analysant ratava qui était en ligne, puis l'identité certifiée, il attendit de voir ; et Zénon commença.

   « Vous avez raccroché sans me répondre.
 – Vous savez bien que je suis votre psychanalyste. Vous avez certainement une meilleure raison pour me reparler
 – D'accord pour le bouquin de Glande, je vous le laisse. Mais vous ne pouvez pas me laisser comme ça, sans m'expliquer la distinction entre
La Vidéo Volée et Une Sandale en Bohème. J'ai quand même bien été cambriolé et mon voleur était tombé dans mon fauteuil ; suite à quoi, il aurait déraillé, ce fauteuil, s'il ne s'était pas réenfilé la Sandale. »
   Tat sent que le psychohistorien bout ; il chauffe en approchant les théories de la psychanalyse, mais risque d'exploser si elles ne sont pas harmonisées aux siennes. Avec tact il commence, « votre requête est légitime puisque je ne peux pas répondre par votre avatar.. puisqu'il ne répond que de votre Inconscient ; voici donc ce qui va vous éclairer : » et continue :
  
« Vous avez commis un fork ! »
   Attentif à ne pas révéler que Toll est actuellement lancé pour lui enquêter aussi dessus, Tat commence à expliquer, a. « C'est un secret de polichinelle qui courre sur la bande : Lapan n'a que lu La Vidéo Volée» - et complète emphatique : « Par contre Dœuyl a vécu le scandale, en Bohème et, ce qu'il y a vu l'a laissé sans imagination. La preuve en est que sa Sandale est la réplique totale de "La Vidéo" ! Une sandale pour une vidéo.. quel coq à l’âne ! Les psy chics n'en ont rien voulu savoir. C'est toujours la même catastrophe avec les Supposés Sachants !
 – Donc ce n’était tout de même pas normal que la vidéo m’exposât en couche quand je n’étais que sur un divan. Ils sont toujours aussi œdipiens vos artistes ?
 – Il y a toujours un moyen. Malgré tout, ça c'est imposé par la bande, mais
c'est Vopt qui a écrit une troisième tournure.
 – Je
m'en étais douté, quand mon fauteuil zigzaguait, et me suis trouvé un instant en Bohème, j’ai vu le philosophe Descartes faisait le siège de Prague. C'était en plein procès de la mère de Képler, cet astronome dont mon avatar s'est entiché - c'est un comble ! »
  
« Il commence à comprendre, » se dit Tat, « ça va pas manquer, » pense-t-il avec appréhension.
   « Qu'est-ce que je deviens là-dedans ? » poursuit l’autre. « C'est comme cet APSO... c'est à se demander si vous ne vous servez pas de moi pour lui faire construire des choses de votre invention !
 –
« La paranoïa est au rendez-vous » repense-t-il. « Calmez-vous. Vous parlez dans tous les sens. Laissez-moi finir ; je vous répète que vous forkez. La Vidéo se calcule par logique par trois – c’est ce que Lapan a découvert : il n’y faut que trois hommes pour la jouer, tous semblables : roi, ministre et détective...voire même trois prisonniers et du savoir à ne savoir qu’enfer et des bites en l'air. Puis voilà Kolmes, qui détecte l'embrouille quand il voit qu'une femme remplace l'un des trois ! et c’est la débandade. Une Sandale en Bohème défie toutes choses sures. C'est là où vous forkez..
 – J'avais compris, merci !
éructe Zénon immaîtrisable.
 – C'est bien la preuve. Car il y a beaucoup plus que ça ! Quand Vopt troisièmement s'en saisit, il écrit
La Seconde Génération qui décrit ce qui se passe quand cette femme est une mère. Vous avez forké avant d’enregistrer que c’est avec la fille qu'on peut faire tri vraiment.

   Tat a tapé fort. Le psychohistorien est abasourdi ; il remue les lèvres. « Vous voulez dire.. c'est encore le Triplex ?! » La parano ne se laisse pas faire. « Vous ne donnez pas là-dedans tout de même ! c'est de la magie ça ! AMO suffit bien. » Zénon tend un piège. Si Potar fricote avec les occultistes, c'en est fini, il change de psychanalyste.. Ce dernier le sent et ressent devoir faire des prodiges, en effet.. de diplomatie :
   « C'est un malentendu. Je parlais du tri du verbe trier. Ce qui compte pour l'analyse, c'est faire le partage entre la lettre, son tracé et son enveloppe. Quand un facteur "remet une lettre".. qu'est-ce que ça veut dire ? C'est comme la vidéo, s'agit-il de son script, de son image, de son support ou du fichier. Il faut savoir trier chaque fois qu'on dit qu'on a reçu une clé ; de quoi parle-t-on si c’est une USB ? l'objet qu'on enfonce, les fichiers ou leur code, voire de ce qui va se projeter à l'écran dans le cerveau du spectateur ? »
   Le psychohistorien s’assagit. Il laisse ça s’agir : Lapan lisait la
lettre comme l'être, que Dœuyl prenait pour son… mais son coi, juste un mot ment – jusqu’à ce que Vopt ait réalisé que c'était son corps. « ce ‘son’, c’est cette propriété de ce que la femme n’a pas » va-t-il jusqu’à infuser, sans pour autant prendre le psychanalyse pour un tel épate.
   Observant le souffle de son vis à vis ralentir, Tat est temporairement soulagé. Il souffle un peu mais va néanmoins
devoir aborder la Triade pour laquelle il enquête. Il faut d'abord qu'il rassure Kelper jusqu'à le rassasier.
   « Vous ne croyez pas si bien dire, cher Zénon ! Vous retiendrez que vous avez forké. Il faut maintenant choisir ou relancer. On ne voudrait pas que vous m'appeliez toutes les cinq minutes parce que votre fauteuil se cabre. Donc effectivement, pour Lapan la femme n'a pas d’être sans lettre ; pour Kolmes, elle est toute en lit, mage en son silence ; jusqu'à ce que Vopt signale que la fille est sortie de l'enveloppe mère. » Il a livré le résumé le plus clair qui soit, mais Kelper a encore du mal à l'avaler ; de la lettre à la forme, ça passe - mais quand on passe à la génération...
   « À tous les coups de l'inceste se met en travers..
 – Si vous voulez. Mais il y a mieux. C'est vous qui l'avez trouvé
Tat enjôle : Après que vous ayez fait le fork, c'est l'émissaire, m'avez-vous dit, qui est revenue chercher la vidéo.
 – Ça ! Vous pouvez le dire. C'était ma copine en Çabas, confirme Kelp
er ; on s'était perdu de vue et je ne sais pas d'où elle m'a adressée la clé. Mais elle a bien semblé venir la récupérer. Mais je l'ai mise sous clé, vous pensez bien !
 – On avait compris,
relance Potar,
et vous vous rendez bien compte que cette résurgence du passé est due au sextemps. Lorsque vous lancez votre fauteuil en lapanique, son Temps Logique excite la sexualité pour matérialiser les théories de la relativité. Mais, malgré sa super-vision, Lapan n'avait réellement pas avancé sur l'antique sextant. Il restait collé au début de l'astronomie.
 – Vous voulez dire que Lapan n'a pas franchement décollé.
 – Les élèves de Lapan ont fait la preuve que son moderne sextemps manquait encore...
 – ..du
facteur qui porte les lettres ?
 – N’allons pas trop vite, vous avez bien dit que votre ancienne maîtresse s'était présentée avec un agent.
 – ..qui
portait le nom ridicule de "mari".
 – Trop heureux ! Ils n'ont pas fait dans la métaphore.
 – Autant dire qu'ils prenaient la chose pour le mot.
 – Et ça ne vous rappelle rien ?.. si ce n'est pas au niveau de la magie..
 – Je dois dire..
 – Oui, dites-le.. c'est vous qui parlez du Triplex. »

   Le psychohistorien
était scié. Sa recherche à savoir qui le surveillait menait, à travers son silence qu'il nourrissait de soupçons, aux méandres qui avaient occupé la magie durant des siècles d'obscurité qu'il avait pensé percer par simple triplette AMO. Mais si lettre et chose étaient pareilles, ses trois larrons pouvaient faire trois petits tours et puis.. Il allait s'insurger quand Potar le saisit au bon moment..

   « Il ne vous faut faire qu'un bond. Regardez comment votre psychohistoire trouve le temps réel, si elle fait attention au Trismégiste. » Potar souriait pour calmer son interlocuteur, le temps qu'il l'écoute ; il avait prononcé le nom tabou, du patron des magiciens. « Vous avez raison de réagir au Triplex, il était en avance et déjà du sextemps. Or votre aventure apporte ce qui manquait pour qu'on le voie ; puisqu'avec cette revenante, le passé, fantomatique en visite, revient comme un texte d'histoire, un corps, pour ne pas dire un sexe d’histoire. C'est bien vous qui avez trouvé le corps d'Oedipe sous les deux titres de prophète et pharaon, Moïse et Akhnaton, n’est-ce pas ? À partir du moment où une femme les sait, ces trois hommes deviennent trois femmes ; si votre copine est revenue, ce qu'elle cherche ce sont ses mères. »

   Sur Taire dans l’appartement de Zénon, le fauteuil à vide pousse un soupir. On dirait qu’il revient. S’en extrait un passager à la mine sombre et fantomatique. En l’air, dans son recoin, Tat a tant tututé qu’il s’est endormi. Le psychohistorien éteint les lumières lentement, une par une, comme des pensées méthodiquement qu’on retranche.

* * * * *

   Nathalie de son côté n'avait pas chômé. Par les méandres de LaPareille et grâce au rapport de Toll, l'IA avait organisé une rencontre avec Eury. Elle avait été désignée comme la plus propice à renseigner la capitaine du navire sur un Zénon qu'elle, la capitaine, n'avait jamais rencontré. L'ancienne infirmière, qui l’avait bien connu, était pratiquement s.d.f, avec un faible smartphone pour seul moyen de contact. Néanmoins il ne fallut pas beaucoup de requête pour que l'enquêtrice obtint une connexion relativement fructueuse. Il y avait dans cette facilité un indice en soi. Mais il ne se dégagea qu'avec difficulté. C'était encore un indice...

   La conversation avait déjà commencé depuis un moment, quand arriva la première explication. LaPareille informa sa réceptrice, que sa correspondance était passé à trépas. Pourtant Eury conversait avec vivacité et sans réserve de faits d'actualité. Ceci fit penser à Nath que le réglage avait été effectué par un avatar, et que Toll était fabriqué en vue de pouvoir rester dynamique lorsque son ratava serait défunt. Mais cela n'expliquait pas que ce fut arrivé avec un délai. Une insistance de l'examen révéla ensuite que des formes d'oubli avaient retardé le 'Ping'. Les techniciens nomment ainsi des relais des communications. Or le ping fut si rapide qu'il lui fit immédiatement penser à la base d'Alinstan. Seule une base hyper-secrète pouvait relayer si furtivement. C'était une intuition qu'il fallait vérifier comme une certitude.

   « Mais pourquoi avez-vous envoyé cette lettre de cette base ? » lance Nathalie en jouant le coup de poker. Elle fit bien, Eury au point où elle en était, croyait que tout le monde savait tout sur elle.
   « Voyez-vous, depuis que j'étais veuve, je voulais oublier. J'ai pensé que c'était opportun de me faire employer à cette base ultra-secrète, puisqu'Alinstan cherchait à se faire oublier. Ça reste imprimé sur tous ceux qui y ont travaillé ; malheureusement on ne cache pas la marque d'un secret et
du coup tout le monde le sait. Pour contourner le problème, elle s'est crypté. Il y avait à la création de cette base l'un des plus grands cypherniciens depuis que la cybernétique existe.
 – C'était l'Homo Pou, bien sûr ! celui dont on avait perdu la trace, rejoue la gagnante.
 – Exactement. Il nourrissait une haine farouche pour la psychohistoire. Vous, comprenez, la psychohistoire nourrit la mémoire ; comment voulez-vous qu'il se nourrisse, lui qui la chiffrait, autrement que de haine ? d’amour la mémoire revient toute seule.
 – C'est exact, mais peut-être y avait-il aussi de la jalousie.
 – Peut-être. Pour ces raison Zénon Kelper était son pire ennemi. Or je connaissais Zénon et j'avais déjà voulu le tuer. Il ne fallait pas exagérer. Je me suis dit qu'il fallait que je le contrecarre ; même si l'Homo Pou devenu dément, était mon patient, c'était pour son bien, moralement.
 – mmm..
 – Je sais... la médecine n'a pas à faire la morale. C'était bien mon défaut. J'ai fouillé dans les programmes d'Homo Pou en profitant qu'il était quasi cuit. Et j'ai trouvé qu'au lieu de crypter la simple mémoire d'Alinstan, il avait prévu de charger la base et ses chefs de toute celle de Zénon. J'ai trouvé son programme : Zénon se ferait une bile noire, qu'ils lui suceraient comme des moustiques, à travers mes propres perfusions. Pas question de compter sur moi pour ça ! J'ai averti Zénon. »

   L'histoire de l'infirmière était naïve. Nathalie n'était pas dupe. Si l'Homo Pou avait surveillé de si près Kelper quoiqu’il sut ou prévit de son avatar, ce ne pouvait être que par les réseaux Pof. Mais Pof était incapable de comprendre Zénon. Il y avait donc un autre intermédiaire qui avait dû entrer en jeu.
   « Vous lui avez donc adressé sa propre lettre, comme ça lui était déjà arrivé.
 – Oui, c'est ça. Mais je ne sais pas pourquoi, il a fallu que j'aille le voir. Bien sûr, de toutes façons je devais disparaître de la base au plus vite ; mais pourquoi a-t-il fallu que je suive mes patients, ces démineurs qui allaient voir Zénon ? Y suis-je allée
pour lui-seul ? Est-ce que vous pouvez demander à Dieu ?
 – Dites-moi plutôt ce que vous avez fait en détail.
 – Je suis allé en Çabas, au bord de Soine, et aussitôt que j'ai pu, j'ai pénétré son domicile. Avec l’aide de mon accompagnateur je lui ai fait fermer ses fenêtres pour lui cacher sa cour.
»
   Nathalie venait à l'instant de voir.
   « Caché, dites-vous ?! Pas le moins du monde ! Vous pensiez cacher, et encore une fois ça montrait qu'il y avait quelque chose.
 – J'ai vu que Mari regardait. J'ai compris qu'ils cherchaient quelque chose et que ça se trouvait dans la cour. »
   C'était la confirmation. Antheaum lui avait confié qu’il n’avait pu éloigner l'APSO de son ratava. Ça expliquait l'attaque qu'il avait subie. Mais les ressources de l'infirmière épuisées, elle devait reprendre des forces. Eury approchait la certitude qu'elle avait rencontré Dieu. Elle ne pouvait plus renseigner sur la mère.

 * * * * *

   Nathalie ne croyait pas si bien penser. Le choix de Toll aussi, pour enquêter Zénon, avait été de passer par APSO. Il n’était pas si conscient qu’il développait une affectivité ; pour lui, sachant tout de son ratava il ne pouvait en savoir plus. En cas de pareille force majeure il ne pouvait que passer que par ce qu'il avait lui-même créé automatiquement, pour ne pas dire "de manière inconsciente". C'est donc en revisitant APSO qu'il en apprit sur Kelper tant et plus.
   L'invention de Toll avait été mise en veille dans le débarras de centre ville à proximité de Zénon. Il n'y avait pas mieux que la cour de l'immeuble. Mais inévitablement sa veille était
surveillée. En y effectuant une visite d'inspection, Anthéaum constata les dégâts qui confirmaient que c'était par APSO qu'il avait été attaqué. Un rapide calcul décida d'abord qu'il fallait améliorer sa mémoire. En trouvant les traces effacées des passages de Pof - en l'occurrence c'était Dodo - et de Kelper lui-même, il devait doter l'APSO d'une vertu de chaînage arrière, la méthode qui remontait les montages en les démontant. Mais une fois les arborescences régrédientes en place, il constata qu’il restait impossible de savoir qui, de Dodo ou Kelper était passé avant pour que le second efface le premier. Un classique quantique. À fortiori quand Toll ne savait pas identifier Dodo dans Pof, ce qu'il ne soupçonna pas s'imprima à son insu dans ses buffers – ce qu'il reconnaîtrait, un jour peut-être, pour l'ineffaçable persistance d'une mère.