accueil                                                                                                                                   table

LATHAKH

ed.2018 - arc

Chap.7 - Chap.8 - Chap.9

 

 

   En mettant fin à la conversation avec l’infirmière, Toll est fébrile : avec cette guerre sur Taire et Eury qui ne sait plus à quel saint se vouer, même un avatar ne peut être insensible. Encore sous le choc de la mauvaise humeur de Nathalie, il prend la précaution de l’approcher en virtuel. Mais il la trouve accueillante : « Qu’est-ce que dit Eury de la barre de Zénon ? demande-t elle impatiente.
 – Elle donne deux exemples de formules qui n’ont pas toutes la barre. C'est ambigu.
 – Viens me rejoindre en cabine ; quand tu es en virtu comme ça, on ne sait plus si tu es avatar ou clone.»

   D’un clic Nath pulvérise le hologramme de Toll à l'écran mais oublie... à côté du clavier, de ranger sa version en plastique miniature qu'elle s'est faite en 3D. Déjà Anthéaum frappe à la porte et entre avec prudence.
   « Salut Capitaine. Je vous amène la photo des fenêtres de Zénon Kelper, que l'infirmière vous adresse, avec un exemple de formule. J’espère que je ne vous dérange pas.
 – Pas cette fois ! J’ai trouvé la raison de la guerre d’Alinstan,
annonce Nath victorieuse.
 – Voilà une bonne nouvelle ! Est-ce que Eury compte dans cette affaire ?
 – Je doute qu’elle en sache plus que quiconque, ce n’est pas son domaine. Ce qui a mit le feu au mausolée de Vopt, est dû à une collision entre l’ectogénie et une sorte d’ "unité cybernétique"... quelque chose dont j'ai entendu parler à l’université. Je retrouverai ça, mais passons aux nouvelles... »
   La navigatrice s'est saisie des documents de l’ex de Zénon. Anthéaum Toll est sidéré et il attend sans voix. Dans son cerveau cybernétique une pensée se forme : « l’ucmpp émule l’enveloppe de l’ADN...» Il ne sait pas encore pourquoi il se dit ça, mais le problème détecté par sa Capitaine l'a mis sur les braises : il EST, lui, une unité cybernétique ! un "uc" ! À la vitesse de l'électricité il voit sa situation défiler :
   L' "ucmpp" est conscient d’être constitué de l’ADN d'un Zénon dont il récolte, chiffre et combine ses quantités de vies - les quanta « V*q » que Zénon vit. Ce rassemblement forme le « Totabsolu* » sur lequel Tat Potar forge son analyse dudit Zénon. Au moment où il ajoute le fait que Nathalie s'intéresse aux Unités "UC", cybernétiques, son regard tombe sur le bureau où il voit posée la miniature à son image ! Est-ce qu'elle l'étudie pour le démonter ? Il s'inquiète et dans ce tableau sa pensée en rajoute et complète : ... « l’ectogénie propulse une enveloppe Aussitôt surgie, la formule se biffe et disparaît dans sa mémoire cybernétique ; lui reste à se demander bêtement ce qu'il fait là, comme un soldat de plomb en plastique sous l'écran de sa capitaine ?

   L'avatar Anthéaum computait à fond les transistors, jusqu'à ce qu'un soupir de Nathalie la rappelle à l'ordre. En comparant les graphiques d’Eury avec d’autres symboles, à l'aide de filtres et d'écrans, même l’assistance IA s’y perd. La capitaine demande de l'aide à son Second. « S’agit-il d’une autre langue ? » ou bien, comme le suggérait Toll, une démence égare l’esprit de la pauvre femme qui a photographié n'importe quoi ? Il doit réponde quelque chose. Tant pis s'il ignore encore pourquoi il est sa poupée sur le bureau, il décide de répondre à côté en parlant de lui.
   « À propos de cette guerre, sais-tu que je suis moi-même ce que vous appelez Unité Cybernétique ? J'en suis une ! Un uc de l’espèce " mpp ".
 – Quoi !? Je t'ai pris pour un avatar commun mais tu ne m’avais jamais informé de ça. Tu es un avatar on ne peut plus spécial et il a fallu tout ce temps pour que tu me révèles ce qui pourrait être crucial.
 – Pourquoi m’avoir embarqué alors ? Il y a des avatars à la pelle !
 – Je t’ai choisi comme Capitaine-en-Second de LaPareille parce que tu as conçu APSO - ce qui suffit à expliquer les inquiétudes de Pof. Rien n’indiquait que tu étais cybernétifié à ce point. Tu as donc une mémoire génétique !
 – Tat aurait pu te le dire.
 – Mais c’est essentiel, te rends-tu compte, s’il y a une collision ! Je dois vous révéler où se dirige LaPareille ainsi que tout l’objectif de la mission. Appelons Tat, nous ne serons pas trop de trois pour régler ça. »

   Tat arrive avec un dossier. Il paraît méfiant en demandant si les deux autres savaient qu’il avait l’intention de venir et comment ils l’avaient su. « Ne t’inquiètes pas, c’est dans les pensées d’Anthéaum que tu peux lire, puisque tu es son psychanalyste, lance Nathalie qui ajoute : enfin… je suppose.
 – Effectivement,
la rassure Toll ; c’est lui qui sait exactement pourquoi je suis un ucmpp. Décontenancé il le pointe du doigt.
 – Parce que Zénon t’a fait comme ça, se défend Tat interloqué.
 – Quand il a voulu faire une psychanalyse, continue-t-il, nous avons pensé que ce serait commode avec son avatar. J'étais chargé de la théorie mais il fallait nécessairement un avatar particulier. Il fallait assembler les particules de sa biologie avec les particularités de son existence. Bref, un avatar qui comptât le génome et son phénotypage, une épigenèse étendue à un rôle social. Toll est constitué d'ADN et de ses Quantités de Vie, son rapport quotidien si on veut, ses V*q. C’était le seul moyen pour que je pus y trouver son inconscient.»

   Nathalie les regardait sidérée. Les deux autres se détournent par politesse - une capitaine ne peut pas être vue le visage comme ça. Elle en profite pour fourrer la figurine de Toll dans un tiroir en espérant qu’ils n’aient rien remarqué, « Vous ne comprenez pas !» crie-t-elle. Les deux autres se tournent immédiatement. Ils la retrouvent tout sourire. Sure de son stratagème Nathalie précipite l’enquête  :
   « En quoi cela produit-il un conflit avec un ectogène ? Il paraît que Taire entre en guerre à cause de leur collision.
 – ‘Une’ ectogène,
précise Toll en ajoutant : qui crée son propre destin.» Il cherche à lui faire plaisir, en attendant d'être sûr d'avoir reçu l'explication "l'ucmpp émule... et l'ectogénie propulse..".
   Tat également la ménage. « Elle a voulu dire "collusion » se dit-il toujours en garde sur la libido. Mais aussi pense-t-il que Toll a parlé par jalousie ; il pense encore « L'avatar a le sentiment de n’être qu’une machine, condamné à répéter la vie de son original et se tourne vers Nathalie :
 – Comment une ectogène assume-t-elle un inconscient ? Je viens d’apprendre que vous faites vous-même partie des premiers êtres humains nés d’utérus artificiel. Avant que Toll m’en informe , je n’étais même pas sûr que des ectogènes existassent réellement ! » Nathalie apprécie sa franchise, d’autant qu’elle-même n’est pas sure non plus, d’exister.
   « Je pense comprendre qu’Anthéaum reproduit le vécu de quelqu’un d’autre. Figurez-vous que pour ma part qui suis bien humaine, apparemment, c’est tout à fait le contraire : j’hésite à prétendre au moindre vécu ! Je suis sans personne, sans mère. Je ne sais pas ce si ce robot peut dire quelque chose de la vie, ajoute-t-elle en fixant tragiquement Toll, mais moi, je ne peux vous expliquer avec certitude qu'une seule chose : l’objectif de notre expédition. »

   Potar qui souffre pour la pauvre machine ucmpp dont il sonde des émotions génétiques, se dit que la cruauté de cette femme ne peut que cacher une intrigue profonde.
   Toll qui s'est fait traiter de robot ne dit plus rien, réfléchissant à ce qu'en pense son psychanalyste. Il se souvient qu'il interprétait les pulsions et les quantités d'amour de Zénon.
   Nathalie détecte que le rythme respiratoire d’Anthéaum s’est accéléré. Le psychanalyste se fait protecteur :
   « Ça ne serait pas de trop de savoir enfin où tu mènes LaPareille ? Voilà qu'on flotte dans nulle part et l’avatar de mon analysant se trouve, du coup, privé d'un cabinet rassurant. Nous avions inventé l’un pour soulager l’autre, mais soulager n’est pas prendre pareilles distances !»

   La discussion et la dispersion s’avèreront efficace. Nathalie commença à parler.

   « Eh, bien, voilà, vous savez que tous les corps humains se sont empoisonnés. De même qu'il y a du sel dans chaque goutte des mers, il y a de la pollution ultime dans chaque cellules des êtres vivants de Taire. Et de même qu'il y a des eaux plus salées que d’autres, ces infimes particules se sont concentrés dans l’espèce la plus réfléchie. En haut de la chaîne alimentale*. C'est affreux, mais ce ne serait rien encore, si cette pollution au sommet n’attaquait pas ses embryons. Aujourd'hui sans moyen d’éliminer ces toxines, il n’y a aucune possibilité de trouver des utérus sains. Les mères freinent le développement du cerveau des fœtus. Tout le genre humain est touché ; il n’existe aucune femme sur Taire qui soit indemne. Même Pof le plus riche qui a cherché sa femme dans un monastère écologique de la forêt vierge des Anapaplu, met au monde un embryon difforme au scanner. Les politiques hésitent à informer les populations ; elles ne renonceront pas à se reproduire et préfèreront s'entre-massacrer. À la rescousse, une technologie d’utérus artificiels a été mise au point ; et nous commençons à pouvoir cultiver des fœtus ectogènes en nombre suffisant, mais il reste la pollution. Notre cargo spatial est en train d’amener une colonie d’utérus artificiels bourrés d’embryons presque sains sur la lune, pour qu’ils bénéficient de l'eau pure que nous y avons trouvée. »

* * * * * 

   Dans le bureau de commandement de LaPareille , les capteurs qui surveillent les rythmes bio, ont automatiquement déclenché la soupape gravitationnelle : les trois corps d’équipage flottaient depuis un moment. C'est le psychanalyste qui semble s’en satisfaire le mieux ; mais il demande à la surveillance un compte-rendu d’enregistrement de la révélation de la capitaine – au cas où son Conseil de l’Ordre lui fasse parvenir une prescription d’antipsychotique quand il devra expliquer dans quelle aventure il s’est fourré. « Pourquoi les mener si loin et les extraire de la planète au lieu d’amener cette eau miraculeuse sur Taire ?» demande-t-il en rangeant le compte-rendu dans son dossier.
 – Et pourquoi sur la face cachée de L'Une ? ajoute Toll délégué au calcul des trajectoires et des manœuvres.
 – Bravo ! Enfin des questions rationnelles,» répond Nathalie qui se raidit. Quelque chose semble lui avoir piqué le dos. Elle s'arque et tournoie en l’air pour sortir de sa poche arrière un capuchon indéfinissable qu’elle agite et brandit. « C’est une urgence, peut-être une alerte, il faut que j’aille voir aux radios.. ! » Elle s’extirpe précipitamment.
   Tat et Toll restent seuls.
   « On dirait qu’elle a fui la conversation, dit le psy toujours soupçonneux.
 – Je ne crois pas, répond l’avatar analysant, mais elle est nerveuse depuis cette attaque qui dégénère en guerre, ou depuis qu'elle est entrée en contact avec l'infirmière Eury.
 – Reconnaît que tu ne l’as déjà pas épargnée non plus si tu lui as révélé que tu es un ucmpp.
 – Je ne voulais pas en rajouter, mais ça lui a permis de te dire qu’elle était une ectogène.
Toll tient à se défendre. Je crois qu'elle lui explique la théorie de Zénon de l'invertournement*.
 – C’est vrai, comme ça les présentations sont faites ! et on sait maintenant pourquoi on va sur l’Une.
 – Mais je me retrouve impliqué dans cette guerre avec elle,
dit l’ucmpp, je ne sais pas jusqu’où va cette histoire de collision

   Le psychanalyste choisit un espace de projection sur le mur et lance un diapo.
   « À ce sujet, je venais avec un dossier, c’est justement à propos de cette guerre. J’ai poursuivi mes recherches depuis que nous avons trouvé le rôle de la Perse avec la mère de Zénon.
 – Avec l’amant de la mère..
rectifie Toll
 – Oui mais ça revient à la mère, tu vas voir. » Le projecteur tridi dessine une carte en relief de Taire.
   « Quel dommage qu’elle ne soit pas là ; Nathalie a un problème avec sa mère parce que, précisément elle n’en a pas. Mais, bon, s’il s’agit de Kelper, je suis concerné en premier chef.
 – Et pas qu’un peu ! Regardes la situation actuelle sur Taire. Elle présente des similitudes frappantes avec la géopolitique qui régnait à la naissance de l'hellénisme »
Tat ajoute la dimension temporelle autour de l’ancienne capitale de mémoire d'Athènes. « La première république est sortie d'une période de 'Siècles Obscurs' durant lesquels la transition était conduite par les Peuples de la Mère.
 – Nathalie pense que c’est une collision...
dit Toll qui pense tout haut et qui écoute à peine. Elle veut protéger sa pépinière mais croit qu’une incompatibilité technologie s’y oppose ; et elle vient de découvrir que c’est l’ucmpp. Il penche la tête abattu.
 – Je te prie d’écouter ! Si c’est sa mère qui la perturbe, c’est justement une question technologique. La mère, oui ou non, qui l’a mise au monde n’est-elle pas une machine ? puisqu'elle a été conçue dans un utérus artificiel.»
   Anthéaum prend plusieurs secondes pour trouver ce que Zénon dirait. Un intense trafic se déroule entre son ADN et son V*q pour renseigner le psychanalyste avec quelque chose de ressemblant. Il finit par reproduire des phrases presque identiques à celles que Kelper avait un jour prononcées. Une répétition banale pour un ucmpp : « Or il n’y avait pas de machines à cette époque. L’explosion qui s’était propagée sur toute la Méditerranée, c’était l’écriture et l’alphabétisation.
 – Les Peuples de la Mère n’ont laissé aucune trace, aucun vestige, interprète Tat, on ne peut pas dire que l’écriture ait brillé ! Mais ils commençaient à calculer ; c’est très probable au regard de leur triple autel de commandement, au centre de la scène d’opération.
 – Le Python de Malte,
opine Toll, j’en tremble encore !
 – Tais-toi, tu ne pouvais pas exister à l’époque où il a disparu avant qu’il resurgisse en tant que Théorie d'Athènes.
 – Tu veux dire que sans machine ni écriture, on ne pouvait attribuer qu’à la Mère l’instinct de ces peuples marins.
 – Justement pas ! Le triple autel qui est resté de Malte, suggère que les mères avaient une compréhension de leur synthèse. Elles avaient déjà l’idée du Nhous*. »

   Toll commence à s’enthousiasmer pour la conversation. Il reprend confiance en lui. « Je suis sûr que l’Inconscient de Nathalie soutient que la mère avait le contrôle de tout cela.
 – Méfies toi d’extrapoler des idées personnelles,
tempère aussitôt Tat : tu es l’avatar-ucmpp de Zénon et tu dois t’en tenir à exprimer ses idées permanentes.
 – Par l’IA ! Aurais-je dépassé sa pensée ?!
ironise l’entité cybernétique vexée.
 – On ne peut jamais savoir. »
soupire Tat Potar en fermant le dossier « Avant d’avancer un dichiffrage*, Kelper a pris soin d'établi ses bases. Il a abstrait le nhous des mères en le passant au Pluriel ; mathématiquement c’est l’art de la mémoire qui traverse les âges sombres. »

* * * * * 

   Malgré le rappel à la raison de Tat, l’ucmpp perd son contrôle, il réplique. « Le pluriel de Zénon est une peau de chagrin. Plus personne ne joue à ses élucubrations dandinantes ! Vous faites plutôt de la misogynie primaire. Je suis sûr que si Nathalie trouve sa mère, elle aura gagné une ressource inépuisable d’explications. »
   Potar le regarde de travers, il ne faudrait pas que l’avatar prenne trop d’aises. Et puis pourquoi défend-il cette femme ?
   « Je vais te remettre les idées en place, annonce-t-il à la créature virtuelle tentée de jouer les Frankensteins. Je récapitule : Nathalie qui est une ectogène de la première génération, s’enfuit de Taire avec un navire bourré d’embryons. Elle déclare qu’elle cherche qui est sa mère. Pendant ce temps un psychohistorien qui est resté pieds sur terre découvre que les mères n’avaient pas besoin de Mère quand elles gouvernaient à trois. Puis l’Intelligence Artificielle se met à inspirer à des avatars, des idées indépendantes et des inventions... et nous voilà avec un avatar qui développe.. » Tat s'interrompt brusquement. Avec un air apoplectique, il complète d’une voix passée au papier de verre : « ..qui développe des arguments qu’on dirait quasiment... ectogènes ! »
   Il se lève brusquement en claquant ses documents sur la table :
   « Il faut aller chercher Nathalie !
 – Je voulais rendre service,
s’excuse Anthéaum.
 – Ce n’est pas une collision qu’il faut craindre, mais un contact bien plus préoccupant.»
   « J'en étais certain ! »
lance Portar qui prend la porte. « Où est notre Capitaine ? Nathalie ! Nathalie ! crie-t-il en s’enfonçant dans les couloirs… »
   Quelle mouche l'a donc piqué ? s'interroge Toll sentant une inquiétude l'étreindre.

 

suite